RÉSIDENCE
"LA ROCHE D'AJOUX"

(Résidence Autonomie)
49, rue du Lavoir

69790 PROPIÈRES
tél. : 04.74.03.74.00

 

Actualités Accueil
Logements Services
Tarifs Liens Contact

Projet Ecole | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011

 

 

Les menus de Noël

 

 

Jeudi 15 décembre, article du Patriote

 

Mercredi 14 décembre, conférence de Patrick Huet : "A la découverte du Maine-et-Loire"

9 personnes présentes.

Le Maine-et-Loire est un département qui fut créé à la Révolution française et qui recouvre une partie du duché d'Anjou dont Angers est la capitale. Nous avons d'abord appris comment fut créé le Maine-et-Loire et pourquoi on appelle le duc d'Anjou, le bon roi René. Puis nous avons visité les différents pays qui composent le Maine-et-Loire. Le pays angevin, bien sûr, mais également les Mauges dont la capitale (Cholet) est réputée pour ses mouchoirs. Le Saumurois qui, outre le vin Saumur, est connu pour son école de cavalerie, le Cadre noir, dont nous avons appris l'origine (école fondée sous Henri IV) et pourquoi elle porte ce nom de « Cadre noir ».

Nous avons découvert aussi les spécificités de la région, notamment ses carrières d'ardoise, ses constructions, ses vignobles.

Pour finir, nous avons visité les châteaux les plus remarquables de la région, dont certains sont vraiment somptueux.

 

Mercredi 30 novembre, conférence de Patrick Huet : "A la découverte de l'Ile Barbe"

11 personnes étaient présentes.

Aux confins de la ville de Lyon, il existe une île qui a connu un prestige considérable au cours des siècles précédents. Il s'agit de l'Île Barbe. Sa réputation était telle qu'on venait de plusieurs pays d'Europe pour s'y recueillir.

En parallèle à une projection de photos, nous avons découvert d'abord le passé de cette ile, la fondation de l'abbaye, le passage de rois et reines de France, les grandes fêtes. Puis la transformation de l'abbaye en maison de retraite des prêtres, et la confiscation du domaine à la Révolution qui fait qu'actuellement un tiers de l’ile appartient à des propriétaires privés.

Nous avons visité l'île et surtout le domaine privé (ouvert uniquement lors de la journée du patrimoine). Pour terminer, nous avons parcouru les diverses curiosités qui se trouvent sur les rives opposés, comme le château de Cuire qui domine la vallée, les sculptures, etc.

 

Mercredi 2 novembre, conférence de Patrick Huet : "La véritable histoire des sirènes"

8 personnes présentes.

D'où vient le mythe des sirènes ? On connaît tous l'histoire de la petite sirène popularisée par Disney. Certains se rappellent aussi qu'en Grèce, on représentait les sirènes sous forme de femmes-oiseaux. Rares sont ceux qui en savent plus.

Mais à la suite de cette conférence, nous avons découvert la véritable histoire des sirènes. Nous avons appris comment ce mythe est né, la façon dont il s'est popularisé, l'époque ou de femme-oiseau, la sirène est devenue femme-poisson. Tout est né d’une histoire écrite par Homère, l’Odyssée, dans laquelle Circé (une magicienne qui retenait Ulysse prisonnier) lui annonce qu’il passera dans quelque temps près d’une île où vivent les sirènes.

Comme Homère donne peu d’explication à leur sujet, le monde antique (profondément marqué par cette histoire) s’est chargé leur trouver une filiation et une description qui a perduré à travers le temps.

Nous avons vu la transformation du mythe de la femme-oiseau en femme-poisson, les enluminures du Moyen-âge à ce sujet. Ceci jusqu’à notre époque.

Pour finir par les sirènes modernes, ces dames vêtues d’un fourreau en forme de queue de poisson qui donnent des spectacles aquatiques dans des immenses aquariums (en retenant leur respiration durant plusieurs minutes) et la mode des nouvelles nages, des cours de nage avec des queues de poisson donnés à Villeurbanne et dans d’autres piscines.

Une animation très originale, très pétillante, tout étant pleine d'enseignement.

 

Mercredi 26 octobre, conférence de Patrick Huet : "Le Baron Haussmann, l'homme qui changea le visage de Paris"

9 personnes présentes.

On connaît tous le nom du baron Haussmann, par le fait qu'il engagea de nombreux travaux à Paris. Mais ce que l'on sait moins c'est que, non seulement, il transforma la capitale de la France, mais que son impact s'étendit à toute la France.

Nous avons d’abord appris qui était Eugène Haussmann (qui ne sera fait baron qu’après la réussite de ses travaux), petit-fils d’un représentant lors de la Révolution française, et fils d’un officier sous Napoléon 1er. Ses études brillantes à la fois dans le droit et dans la musique, et comment, il mena avec succès des travaux de grande envergure en tant que préfet de la Gironde.

Cette réussite fut rapportée à Napoléon III qui le nomma préfet de Paris, en charge de modifier la capitale, qui vivait toujours sous ses habits du Moyen-âge, pour en faire la plus belle capitale d’Europe.

Haussmann, ne fit pas que construire les immeubles, il étudia l’ensemble des besoins présents et futurs et, en même temps, que la construction en hauteur, il réalisa le système d’égout dont Paris était dépourvu, de même que les gares, les immenses parcs (Bois de Boulogne, de Vincennes, buttes Chaumont, etc.).

En résumé, une vision globale qui a fait de Paris la grande capitale qui émerveilla le monde.

 

Vendredi 14 octobre, après-midi accordéon grâce à Pierre

 

Mercredi 12 octobre, conférence de Patrick Huet : "Le pain de l'origine à nos jours"

7 personnes présentes.

On l'oublie bien souvent, mais durant des siècles le pain a constitué le principal aliment de l'Homme. C'est dire si ses qualités nutritives devaient être supérieures à celles de nos pains d'aujourd'hui. Mais avant que le pain ne s'installe sur nos tables, il a fallu qu'on "l'invente".

Au cours de cette conférence diaporama, nous avons découvert de quelle façon le pain a été créé, les différentes phases nécessaires à sa fabrication, et comment il a évolué jusqu'à nos jours, lorsqu’il est passé de la miche à la baguette, à la flûte… mais aussi à la biscotte et aux petits pains viennois. Avant de terminer par les nombreuses variétés de pains actuels : pains aux olives, aux châtaignes, aux lards. Etc.

 

Jeudi 29 septembre, article du Patriote

 

De 2015 à 2018, l’Epicerie culturelle, groupe d’artistes, a sillonné une vingtaine de communes du pays Beaujolais. Cette tournée est à l’initiative des élus particulièrement motivés à maintenir une place à la culture et aux arts. La tournée de l’Alimentation Générale Culturelle est un projet de mise en scène artistique de l’espace social, sur les territoires qui en font la demande et un attachement au milieu rural.

Chaque tournée se conjugue avec le lien social entre les citoyens, mais également entre les générations comme ici dans le jardin de la résidence !

Spectacles itinérants, les habitants sont invités à venir découvrir les artistes au gré d’un programme qui n’est pas connu à l’avance !

Merci aux artistes et à la mairie de Propières.

 

Mercredi 28 septembre, conférence de Patrick Huet : "Les murs peints et les fresques murales"

9 personnes présentes.

Les murs peints, ce sont ces fresques murales que l'on peut voir et qui servent soit à cacher un mur trop gris soit à habiller la façade d'un immeuble. On les appelle parfois des trompe-l'oeil.

Dans un premier temps, nous avons appris quelle était l'origine du phénomène (avec quelques vues antiques). Puis, nous sommes partis à la découverte des murs peints les plus magnifiques de France. Nous avons commencé par celles de Lyon (celles Canuts, du musée urbain Tony Garnier etc.), pour ensuite voir les oeuvres fantastiques des autres régions.

On retrouve ce phénomène dans toutes les villes et même dans les petits villages. Certaines de ces fresques sont immenses, d'autres plus modestes, mais beaucoup sont de véritables oeuvres d'art qui racontent aussi l'histoire de la commune où elles sont peintes, comme celle de Thizy ou celle d'Annonay (avec les montgolfières).
Un parcours tout en couleur sur cet art qui fait chanter les murs de nos cités.

 

Mercredi 14 septembre, conférence de Patrick Huet : "A la découverte de Dijon"

8 personnes présentes.

Dans la première partie de cette conférence, nous avons appris que Dijon fut jadis le centre d'un territoire allant des frontières d'Italie jusqu'en Belgique. La ville conserve encore ce passé prestigieux dans son « Palais des États de Bourgogne ». Nous avons vu aussi comment elle faillit devenir capitale d'un royaume avant la chute de Charles le Téméraire.

En seconde partie, nous avons fait une promenade en photos (et par la narration) à travers la ville. C'est ainsi que nous avons visité les lieux historiques, les parcs, les endroits les plus réputés, et que nous avons découvert sous un nouvel angle des personnages célèbres qui ont marqué la ville comme Eiffel et le fougueux « Chanoine Kir » qui donna son nom à une boisson et au lac du même nom qui est un des lieux d'agrément de la ville avec ses eaux bleues et sa plage de sable fin.

 

Mercredi 31 août, conférence de Patrick Huet : "La vie des grands félins"

11 personnes présentes.

Cette conférence nous a fait voyager au pays des grands félins : lions, tigres, panthères, etc.

Tout d'abord, nous avons vu ensemble comment ils sont apparus et quels étaient leurs ancêtres, notamment le fameux tigre à dents de sabre. Puis nous avons appris quelles étaient les différences entre les espèces et la différence entre le léopard la panthère. Surprise, il n'y en a pas. Seul le nom diffère. Nous avons vu aussi qu'il existait des panthères noires, mais aussi des panthères blanches, tout comme des tigres blancs.

Nous avons découvert ensuite quels étaient leur mode de vie, leur relation avec les autres animaux. Le quotidien des fauves est loin d'être aussi tranquille qu'on le suppose, et le chasseur n'est pas toujours celui auquel on pense. Un beau voyage au pays des grands fauves et de la nature sauvage.

 

Mardi 23 août, conférence de Patrick Huet : "La Seine et Marne"

8 personnes présentes.

On n'en parle pas beaucoup dans les guides touristiques, mais la Seine-et-Marne est une inconnue. Aux portes de Paris, ce département reste parfois dans l'ombre de la capitale, et pourtant, elle déborde de châteaux et de lieux pittoresques.

A travers cette conférence, nous avons eu le plaisir de la découvrir sous ses plus beaux atours. D'abord par les deux grands cours d'eau qui lui ont donné son nom : la Seine et la Marne. Mais nous en avons aussi découvert un troisième tout aussi large, le Loing, qui longe de grandes villes.

Nous avons voyagé à travers les deux grands territoires de la Seine-et-Marne : le Gâtinais et ensuite le pays de Brie, l'occasion de voir les variétés de brie (fromage) et le Coulommiers. Puis de continuer la visite par les fabuleux châteaux dont la réputation dépasse les frontières : Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte.

 

Jeudi 4 août, conférence de Patrick Huet : "La Loire de la source à la mer"

8 personnes présentes.

La Loire représente le plus long fleuve de France, plus de mille kilomètres de long.

Au cours de cette conférence, Patrick Huet nous a raconté comment va naître ce fleuve fantastique. Il prend naissance en Ardèche, au mont Gerbier-de-Jonc (dans le Vivarais).

Nous découvrons ensuite comme il évolue depuis sa forme de petit torrent, puis plus large quand il traverse des gorges fabuleuses - les gorges de la Loire - avant de véritablement s'élargir. Il frôlera la ville de Saint-Étienne à Saint-Victor-sur-Loire

Nous l'avons vu sous diverses saisons : en hiver, quand son jeune torrent est gelé dans les premières gorges, mais nous le plus souvent en été sous un ciel éblouissant. Nous sommes passés par Roanne, Digoin, Nevers... Mais surtout nous avons visité les célèbres châteaux de la Loire, notamment Cenonceaux ou Chambord. Les plus réputés ne sont pas tout à fait au bord même du fleuve, mais à quelques kilomètres de là. Toutefois, ils ont marqué le paysage autant que l'histoire de France.

 

Nouveauté à la résidence : un accueil de jour ouvert à tous les retraités du village

 

Mercredi 27 juillet, article du Progrès

 

Le journal de la résidence, avril-juin 2022

 

 

Mercredi 22 juin, article du Progrès

 

Jeudi 9 juin, Le Patriote, Assemblée générale de la Résidence

 

Mercredi 25 mai, conférence de Patrick Huet, "L'Espagne enchantée"

9 personnes présentes.

Une conférence qui nous a fait découvrir l'Espagne sous ses plus belles couleurs. De l'autre côté des Pyrénées s'étend la péninsule ibérique. En quelques mots, nous avons appris d'où vient ce nom de « péninsule ibérique » (datant du peuple des Ibères voici plus de 9 000 ans) et comment elle finit par s'appeler Hispania puis Espagne.

Puis, au fil du passage des photos, nous avons visité les principales provinces et les principales villes de l'Espagne, ainsi que tous ces lieux enchanteurs dont le nom a marqué nos souvenirs : Madrid, Séville, Barcelone.

La présentation de quelques Espagnols célèbres (comme Cevantès ou Luis Mariano) nous a permis de rebondir sur des lieux remarquables à visiter. De « La belle de Cadix » (ville de Cadix) à Saint-Jacques-de-Compostelle et à l'ancien royaume de Navarre. Nous avons terminé par les îles Baléares et les îles Canaris. En résumé : un voyage dépaysant juste au-delà des Pyrénées.

 

Mardi 10 mai, conférence de Patrick Huet, "Les beaux villages du Beaujolais"

10 personnes étaient présentes.

Ce voyage en photos et par la narration nous a permis de découvrir les charmantes communes du Beaujolais que certains connaissaient déjà très bien, mais que d’autres voyaient pour la première fois.

Nous avons commencé tout d'abord par l'ancienne capitale du Beaujolais, territoire qui appartenait aux sires de Beaujeu (d'où le nom de Beaujolais). Puis par Villefranche-sur-Saône, la nouvelle capitale du Beaujolais depuis que les sires de Beaujeu l'ont fondée, la déclarant ville franche (franche d'impôts) pour attirer de nouveaux habitants.

Nous avons ensuite parcouru de magnifiques petits villages du Beaujolais rouge, appelé ainsi pour ses vignobles, à 90 % du Gamay, des vignobles de Juliénas à ceux du Bois d'Oingt, en passant par Vaux en Beaujolais et bien d'autres communes. Puis nous avons découvert le Beaujolais vert, territoire d'élevage et d'exploitation forestière, et autrefois consacré autour de Tarare à l'industrie textile. Et puis bien sûr, nous nous sommes rapprochés de Propuères en admirant Poule les Echarmeaux et Propières aussi bien sous la neige de l'hiver et le soleil de l'été.
Nous avons terminé notre parcours en admirant la vue depuis la célèbre Roche d'Ajoux qui a donné son nom à la résidence.

Cette projection nous a donné ensuite l'occasion d'échanger sur les lieux et les anecdotes dont certains se souvenaient avoir vécu à tel ou tel endroit.

 

Lundi 9 mai, rénovation du jardin

 

 

Mardi 5 avril, conférence de Patrick Huet, "La Saône de la source jusqu'à Lyon"

10 personnes présentes.

Nous avons commencé ce voyage à la source de la Saône, où celle-ci commence à Vioménil (dans les Vosges) par un mince filet qui s'échappe d'un parc bien aménagé. Nous avons eu la surprise de la voir comme un petit ruisseau qui se faufile à travers les prairies pour se transformer en un large flot lumineux qui reflète l'azur du ciel.

Après les Vosges, elle traverse la Haute-Saône. Au début, nous ne rencontrons que des petits villages, puis arrivent les premières villes. Port sur Saône, Scey-sur-Saône, Gray et leurs jolis toits vernissés, agrémentées souvent d'un port ou dune halte fluviale.

À la vue des immenses prairies aussi planes qu'une table, on comprend la raison de son parcours serein, de l'absence de courant. À Verdun-sur-le-Doubs, la jeune Saône voit le Doubs la rejoindre et lui doubler son volume. Dès lors, ce sont les grandes qui vont bientôt se dérouler au fil de l’eau : Chalon-sur-Saône, Mâcon. Deux villes magnifiques. Et des vues remarquables de Mâcon au lever du jour quand le soleil teint la Saône d'un rouge fantastique.

Nous avons continué ainsi notre voyage jusqu'à Lyon où nous avons vu la Saône rejoindre le Rhône avant d'aller visiter le nouveau quartier appelé « Confluence » et ses nouvelles architectures.

 

Le journal de la résidence, janvier-mars 2022, avec une semaine type d'activités

Un journal de la résidence parait chaque trimestre. Il est réalisé par les résidents avec l'aide de Sylvie Jallud, écrivain public.

 

 

Mercredi 16 mars, édito du Président de l'Association La Roche d'Ajoux

Voilà plus de deux ans que nous sommes contraints à un certain isolement : la pandémie n’a pas arrangé les relations humaines ni la communication.

Toutefois notre établissement a bien tenu le choc : grâce au fait que les résidents ont bien compris qu’il fallait se protéger ; grâce aussi au personnel qui a su appliquer les bonnes mesures ; grâce enfin à l’encadrement qui a su proposer les bonnes décisions pour faire face au danger que constituait la Covid 19 avec toutes ses variantes. Grâce à vous, le pire a été évité : soyez remerciés !

Cependant la pandémie n’est pas encore tout à fait terminée, et il convient de conserver encore quelque temps certaines mesures de protection. Nous allons vers le printemps et des jours meilleurs. Malgré les évènements terribles qui ont lieu aux portes de l’Europe, il faut garder le moral et souhaiter que la situation s’améliore.

Christian Gilgenkrantz, président de l’Association Résidence la Roche d’Ajoux

 

Projet Ecole | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011